Archives de
Catégorie : Sujets variés

Grande pointure pour Adnan

Grande pointure pour Adnan

Comme tout le monde à la campagne au Bangladesh, Adnan se déplace souvent pieds nus.

Lors de mon voyage l’an passé, en février, Adnan avait juste deux ans et trois mois.

J’avais été surpris de le voir chaussant des sandales d’adulte guère à sa pointure, et n’en être nullement gêné.

Voilà des prédispositions pour marcher, courir un jour en raquettes !

Il ne neige certes pas au Bangladesh, mais l’Himalaya est assez près…

Les deux dernières photos m’ont été transmises il y a quelques jours par Rubel. On voit Adnan et son nouveau vélo.

kanok-preparant-crevettes-yuk-et-adnan-grande-pointure-pour-adnan
Kanok, préparant des crevettes, Yuk, et Adnan. (Photo : Michel Bessone)
adnan-aide-sa-maman-faire-avancer-chevres-grande-pointure-pour-adnan
Adnan aide sa maman à faire avancer les chèvres. (Photo : Michel Bessone)
sandales-aux-pieds-observation-moteur-machine-grande-pointure-pour-adnan
Sandales aux pieds. Observation du moteur d’une machine. (Photo : Michel Bessone)
moto-aussi-interessant-grande-pointure-pour-adnan
Une moto, c’est aussi intéressant. (Photo : Michel Bessone)
semelle-offre-bonne-portance-grande-pointure-pour-adnan
La semelle offre une bonne portance… (Photo : Michel Bessone)
pas-de-probleme-pour-grimper-sur-moto-grande-pointure-pour-adnan
Pas de problème pour grimper sur la moto. (Photo : Michel Bessone)
course-en-grandes-tongs-grande-pointure-pour-adnan
Course en grandes tongs. (Photo : Michel Bessone)
attraper-balle-grande-pointure-pour-adnan
Attraper la balle… (Photo : Michel Bessone)
et-courir-avec-balle-toujours-en-tongs-grande-pointure-pour-adnan
… et courir avec la balle, toujours en tongs. (Photo : Michel Bessone)
adnan-et-son-velo-tout-neuf-grande-pointure-pour-adnan
Adnan et son vélo tout neuf (17/01/2017). (Photo : Rubel)
sur-le-velo-grande-pointure-pour-adnan
Sur le vélo (18/01/2017). (Photo : Rubel)
Meilleurs voeux 2017

Meilleurs voeux 2017

Je vous présente tous mes meilleurs voeux, chers lecteurs du blog.

En vous souhaitant la santé, le bonheur, et plus spécialement le plaisir de réaliser de belles randonnées et d’enrichissants voyages.

au-bangladesh-meilleurs-voeux-pour-2017
Au Bangladesh. (Photo : Michel Bessone)
Shubo Jonmôdin Adnan

Shubo Jonmôdin Adnan

Joyeux Anniversaire mon petit Adnan !

Aujourd’hui, le fils de Rubel et Kanok fête ses 3 ans.

On s’est bien sûr parlé au téléphone tout à l’heure.

adnan-il-y a deux-jours-shubo-jonmodin-adnan
Adnan il y a deux jours. (Photo : Rubel)
et-aujourd-hui-avec-cadeaux-anniversaire-shubo-jonmodin-adnan
Et aujourd’hui avec ses cadeaux d’anniversaire. (Photo : Rubel)
Il y a 70 ans, à l’hospice de Rioumajou, un crime sordide resté impuni (3)

Il y a 70 ans, à l’hospice de Rioumajou, un crime sordide resté impuni (3)

Omerta en vallée d’Aure. Une vérité qui dérange

Aucun développement ne me paraît ici nécessaire.

Cette importante affaire criminelle reste encore en 2016 un sujet que l’on évite d’aborder en vallée d’Aure et même au-delà.

Extrait d’un livre de Jacques Longué

Pour écrire ces trois billets consacrés au sordide assassinat de Célestine Tissier, je me suis basé sur des témoignages, des documents d’archives, et de très rares ouvrages.

Parmi ces derniers, Chroniques de Bigorre (1993, Editions Loubatières), un livre passionnant et extrêmement documenté du regretté journaliste et écrivain Jacques Longué.

Je vous en propose maintenant un extrait, p. 83 et 84.

(CDL : Comité départemental de Libération.)

« Les interventions du défunt CDL n’ont pas toutes été opportunes. Par exemple quand la justice ouvrira le dossier du Rioumajou. La tenancière de l’hospice a été torturée et assassinée le 4 juillet 1945. C’est un crime crapuleux dont se sont rendus coupables quatre FFI, chacun ayant reçu une part de 3 000 francs après le forfait.

Le CDL intervient pour affirmer que la justice civile n’a pas à connaître d’une affaire relevant uniquement de la conduite de la guerre ! (La guerre était terminée depuis deux mois au moment des faits). Dans un communiqué, il est dit mot à mot : « L’inébranlable volonté de la Résistance de ne pas tolérer cet ahurissant paradoxe de la poursuite, avec acharnement parfois, de ce qu’elle a de plus pur… »

Il est vrai que T., l’un des quatre inculpés sait beaucoup de choses sur les dessous de la Résistance. Il ne dira rien à l’instruction ni au procès. Celui-ci se déroulera en juillet 1952 devant le tribunal militaire de Bordeaux, à la caserne Boudet. Il n’y a ni partie civile ni témoins à charge. Le commissaire du Gouvernement évoquera les menaces et pressions exercées pour qu’il en soit ainsi. Le verdict sera d’acquittement. »

en-bas-dans-prairie-on-apercoit-hospice-rioumajou-il-y-a-70-ans-hospice-rioumajou-crime-sordide-reste-impuni
En bas, dans la prairie, on aperçoit l’hospice de Rioumajou . (Photo : Michel Bessone)
Il y a 70 ans, à l’hospice de Rioumajou, un crime sordide resté impuni (2)

Il y a 70 ans, à l’hospice de Rioumajou, un crime sordide resté impuni (2)

Je reprends ici la suite d’un premier article mis en ligne il y a plusieurs mois, et dont j’ai aujourd’hui, au regard de nouvelles informations, légèrement remanié le texte.

Une affaire criminelle hors normes, que l’on a voulu étouffer

Grâce au travail de l’enquête, les auteurs de l’assassinat de Célestine Tissier sont donc identifiés et interpellés.

La bande de tueurs se présente alors comme une « patrouille FFI en mission ».

Ils pourraient peut-être chercher à se défendre en arguant qu’ils ont simplement liquidé, certes extrajudiciairement, une collaborationniste ou collaboratrice (à l’époque de l’Epuration, on le sait, la justice française, lorsqu’elle se décidait à poursuivre des auteurs d’exactions même les plus graves à l’encontre de « collabos » réels ou supposés, ne se montrait guère trop regardante).

Or, les assassins ne le font pas, et pour cause, car personne ne les prendrait au sérieux.

En effet, plusieurs points s’opposent totalement à une version pareille. Par exemple :

– Célestine Tissier n’était pas une « collabo ». Aucune preuve n’a jamais été établie ni même rapportée à son encontre pour le moindre fait de coopération avec l’occupant nazi ou le régime de Vichy. Bien au contraire, son aide aux passeurs est attestée par de multiples témoignages, et tous les gens qui l’ont connue l’ont décrite comme une brave femme.

– Lorsque le crime est perpétré début juillet 1945, la guerre est finie en Europe, et cela fait bientôt un an que le département a été libéré (fête de la libération de Tarbes et des Hautes-Pyrénées le 24 août 1944) !

Un « collabo » a été abattu, mitraillé, en vallée d’Aure, à Guchen, le 26 juillet 1944. Depuis, il y a eu d’autres meurtres non élucidés – notamment, dans le Rioumajou, celui du célèbre passeur Angel Moliner – mais nul n’est dupe, il s’agit à chaque fois d’un crime crapuleux ou de règlement de compte personnel n’ayant rien à voir avec la collaboration/ la Résistance.

– Les FFI n’avaient aucune existence légale, en particulier pour commettre une exécution sommaire, au mois de juillet 1945. Rappelons que les FFI ont été dissoutes par décret du 23 septembre 1944 et incorporées dans l’armée régulière.

Les accusés vont donc plaider une autre histoire, susceptible de les faire échapper à une très lourde condamnation.

Ils allèguent qu’ils étaient en service commandé pour rechercher d’éventuels criminels de guerre essayant de gagner l’Espagne. Au milieu de la nuit, ils auraient voulu vérifier si l’hospice de Rioumajou n’abritait pas des criminels de guerre. La tenancière de l’hospice ayant refusé de leur ouvrir la porte, et étant même accueillis par des tirs, ils auraient été contraints d’user de la force. C’est alors que Célestine Tissier aurait reçu une balle.

Cette hypothèse a priori plausible, au moins en partie (faisons une remarque : dans ce scénario, la tenancière, qui a gardé la porte close, a pu penser avoir affaire à des voleurs… ce qui s’est avéré très exactement le cas !), ne répond néanmoins absolument pas aux questions les plus graves.

Quid des tortures et des mutilations qui ont précédé la mise à mort par balle ? La victime n’est-elle pas une dame âgée, attaquée de nuit chez elle ? Toutes ses économies volées et puis réparties entre la bande ? Et le manque absolu de respect dû à l’être humain, en enfouissant la dépouille sous un tas de fumier ? Et la fuite précipitée des lieux du crime ?

Aidés par des réseaux, de puissantes relations, qui souhaitent étouffer l’affaire au plus tôt, ils n’ont face à eux que la famille de la victime, c’est-à-dire de petites gens complètement dépassées par le drame, choquées et ne bénéficiant d’aucun soutien auprès des notables de la vallée d’Aure.

Vu les éléments établis par l’enquête, et malgré les intimidations, la justice conduit l’affaire jusqu’à un procès, qui se tient à Bordeaux en 1952.

Mais le tribunal militaire permanent ne retiendra qu’une seule chose à l’issue des débats : la prétendue mission en service commandé, fait justificatif pourtant extrêmement discutable en l’espèce, et il décidera d’acquitter les tueurs.

entrefilet-dans-presse-11-juillet-1945-il-y-a-70-ans-hospice-rioumajou-crime-sordide-reste-impuni
Entrefilet dans la presse du 11 juillet 1945. (Photo : Michel Bessone)
Des news récentes des amis du Bangladesh

Des news récentes des amis du Bangladesh

Rubel m’avait envoyé il y a quelques jours des photos de son magasin, une boutique de vêtements qu’il vient d’ouvrir tout près du village en partenariat avec son oncle Faruk.

C’est un début dans le commerce, et je leur souhaite une belle réussite !

Tout à l’heure, Rubel m’a transmis des photos prises cet après-midi en famille dans un parc de Dhaka.

La capitale se situe à une dizaine d’heures de routes et de bacs du village.

Rubel et Kanok s’y sont rendus avec Adnan, mais dès demain, avant que le cyclone Roanu n’atteigne le pays, ils rejoindront le village.

rubel-dans-son-magasin-news-recentes-amis-bangladesh
Rubel dans son magasin.
le-jour-ouverture-news-recentes-amis-bangladesh
Le jour de l’ouverture.
kanok-et-adnan-cet-apres-midi-a-dkaka-news-recentes-amis-bangladesh
Kanok et Adnan cet après-midi à Dhaka. (Photo : Rubel)
deux-volants-pour-un-seul-petit-chauffeur-news-recentes-amis-bangladesh
Deux volants pour un seul petit chauffeur. (Photo : Rubel)
quelque-chose-curieux-news-recentes-amis-bangladesh
Quelque chose de curieux ? (Photo : Rubel)
un-tour-a-cheval-news-recentes-amis-bangladesh
Un tour à cheval. (Photo : Rubel)
miam-miam-news-recentes-amis-bangladesh
Miam, miam. (Photo : Rubel)
ces-fleurs-sont-etonnantes-news-recentes-amis-bangladesh
Ces fleurs sont étonnantes ! (Photo : Rubel)
brin-de-cueillette-news-recentes-amis-bangladesh
Brin de cueillette. (Photo : Rubel)
rubel-et-adnan-news-recentes-amis-bangladesh
Rubel et Adnan. (Photo : Kanok)

 

La Route des lacs du Néouvielle, ouverte à la circulation… mais exposée au risque d’avalanches

La Route des lacs du Néouvielle, ouverte à la circulation… mais exposée au risque d’avalanches

La Route des lacs est ouverte jusqu’à Artigusse depuis le 8 avril cette année.

Route notoirement avalancheuse, fermée durant de longs mois, elle permet d’accéder au massif du Néouvielle, en particulier aux secteurs de l’Oule et d’Orédon.

Une ouverture vraiment précoce, curieuse quand même, déjà un 8 avril.

La Route des lacs serait donc aujourd’hui – à la date de ce billet – sûre, sécurisée, non exposée aux avalanches ?

J’ai emprunté hier cette route, officiellement ouverte à la circulation, pour aller randonner en raquettes au Soum de Monpelat (2 articles à suivre sur le blog).

Au cours de la rando, j’ai pu constater que 1) l’enneigement dans le massif du Néouvielle reste considérable, 2) le phénomène de fonte est encore peu marqué, 3) la plupart des avalanches habituelles de printemps ne sont pas parties.

Je me suis alors souvenu de ce printemps 1986, il y a juste 30 ans, alors que j’avais été témoin d’énormes coulées qui avaient dévalé et obstrué sur plusieurs mètres de hauteur la Route des lacs (interdite certes à la circulation) quelques jours avant le mois de mai.

Au même moment, le maire de Saint-Lary, Vincent Mir, s’était trouvé aussi piégé, avec des amis, dans la vallée du Rioumajou. La route pour se rendre à Frédancon était comme la Route des lacs pourtant interdite à la circulation, mais rien ne laissait deviner que les avalanches allaient descendre (ravin des Graviers, sous le pic d’Aret).

Evidemment, le maire de Saint-Lary a été secouru sans attendre – ce qui n’a pas été le cas des quelques personnes bloquées sur la Route des lacs…

Mais revenons aux conditions actuelles de la montagne du côté du Néouvielle.

Le site Inforoute 65 ne renseigne rien, endormi sur sa page du 9 avril (réactualisation quotidienne en principe !).

Il ne faut pas se leurrer : peut-être que tout se passera bien durant les prochaines semaines, tant mieux si la fonte opère graduellement.

Néanmoins, la Route des lacs restera toujours exposée non seulement aux avalanches de neige poudreuse, récente, mais aussi aux avalanches de fonte, printanières.

pentes-heche-barrade-chargees-de-neige-route-des-lacs-neouvielle
Les pentes de Hèche Barrade sont gavées de neige. (Photo : Michel Bessone)
un-excellent-repere-nivologique-pour-connaisseurs-route-des-lacs-neouvielle
Un excellent repère nivologique pour les connaisseurs. (Photo : Michel Bessone)

 

Neiges de Pâques à l’Aigoual

Neiges de Pâques à l’Aigoual

(Photos prises ce lundi de Pâques.)

de-la-neige-beaucoup-de-neige-plein-possibilites-pour-randonner-en-raquettes-neiges-de-paques-a-aigoual
De la neige, beaucoup de neige. Plein de possibilités pour randonner en raquettes. (Photo : Suzanne Schindler)
observatoire-mont-aigoual-neiges-de-paques-a-aigoual
Observatoire du mont Aigoual. (Photo : Suzanne Schindler)
dans-rues-valleraugue-neiges-de-paques-a-aigoual
Dans les rues de Valleraugue. (Photo : Suzanne Schindler)
lieu-de-convivialite-autre-siecle-neiges-de-paques-a-aigoual
Lieu de convivialité d’un autre siècle. (Photo : Suzanne Schindler)
Connaissez-vous le padenach ?

Connaissez-vous le padenach ?

Le padenach (prononcer padénatch) est un plat traditionnel pyrénéen.

Propre à la région d’Aspet, dans le Comminges, cette spécialité tient son nom de l’occitan padena, qui veut dire « poêle ».

Aujourd’hui, bien peu de gens savent encore le préparer, et la recette risque de tomber tôt ou tard complètement en désuétude.

Lorsque je me rends chez Robert Bonesso et Henriette, j’ai parfois la chance de déguster un authentique padenach concocté par Robert. C’était ainsi le cas hier soir.

Les ingrédients principaux sont :

– de la viande de porc, « carbonade à padenach » à demander à un bon charcutier du coin

– des pommes de terre

– des oignons (recommandé)

– du persil.

La cuisson se fait en deux temps, d’abord à la poêle puis après au four.

A la poêle

Il faut couper la viande en cubes de 3 ou 4 cm. Faire cuire dans une poêle dans laquelle on a versé un peu d’huile, ou mieux, de la graisse d’oie ou de canard. Cuisson à feu doux, surtout ne pas saisir.

Les pommes de terre sont taillées en dés plus petits. On les cuit séparément dans la même poêle – la viande a été retirée et mise de côté. Cuisson à feu moyen, il ne s’agit pas de frites…

Dorer les oignons.

Au four

Mettre ensuite le tout dans un plat au four. Ne pas rajouter de matière grasse. Mélanger avec du persil, et saler. Faire revenir doucement en remuant de temps à autre.

Voilà, le padenach est prêt, savoureux à point !

Le padenach se cuisinait plutôt en hiver. Une très grande poêle pouvait être utilisée (aucune cuisson au four dans ce cas), le mélange des ingrédients ayant lieu là aussi à la fin.

Alors que l’on ne mangeait pas de la viande tous les jours, c’était un vrai plat de fête.

robert-apporte-plat-bien-chaud-connaissez-vous-le-padenach
Robert apporte le plat bien chaud. (Photo : Michel Bessone)
padenach-connaissez-vous-le-padenach
Padenach. (Photo : Michel Bessone)

 

Une expérience inoubliable : pratiquer la pêche à la mouche au Québec avec un guide

Une expérience inoubliable : pratiquer la pêche à la mouche au Québec avec un guide

Aventure Pêche Québec vous propose une expérience inoubliable, hors du commun, dans le cadre majestueux et sauvage de la nature québécoise.

Le fondateur d’Aventure Pêche Québec est mon frère Guy Bessone, chef cuisinier de renom et guide de pêche passionné.

peche-saumon-a-la-mouche-sur-une-riviere-quebecoise-une-experience-inoubliable-pratiquer-peche-a-la-mouche-au-quebec-avec-un-guide
Pêche du saumon à la mouche sur une rivière québécoise. (Photo : Aventure Pêche Québec)