Archives de
Étiquette : Charlevoix

Saison raquettes hiver/printemps 2013 : mon prochain programme, avec la relance du blog

Saison raquettes hiver/printemps 2013 : mon prochain programme, avec la relance du blog

Voilà la neige, abondante sur certains massifs. C’est la saison qui commence…

Repartons en montagne !

Enrichi de nouveaux horizons lointains et d’expériences captivantes, je vais vous proposer ces jours-ci sur le blog les lignes de mon programme raquettes hiver/printemps 2013.

Comme d’habitude, le terrain sera essentiellement celui des Pyrénées centrales, françaises et espagnoles. Hors des pistes battues. En petits groupes. Intimement, plus près de la nature. Avec ses lacs gelés et sa remarquable forêt d’altitude, le massif du Néouvielle aura bien sûr toute sa place.

Un voyage de découverte en raquettes au Québec pourrait aussi avoir lieu fin mars, en fonction du nombre de participants. Pour avoir une petite idée des magnifiques paysages rencontrés, on peut se reporter à ces différents articles sur le blog.

Alors, à vos raquettes !

Cotiella.
Neige cornichée.
Blanc, bleu…
Sous-bois après la tempête.
Tracer dans la neige vierge.
Envol de choucas.
Trigoniero.
Port-Bielh.
Bastan.
Pineta.
Québec, Charlevoix.
Québec, Charlevoix. (Photo : G. Bessone)

 

 

A.Y. Jackson, peintre canadien surnommé « Père Raquette »

A.Y. Jackson, peintre canadien surnommé « Père Raquette »

Au Québec, Charlevoix est bien connu pour sa lumière unique, la beauté des paysages alliant mer (le fleuve Saint-Laurent), monts, champs, rivières, villages et forêts, en particulier à Baie-Saint-Paul et ses environs.

Ce n’est pas surprenant que l’on parle de « paradis des peintres ».

Parmi la pépinière d’artistes inspirés par la région de Charlevoix, je n’évoquerai ici que la figure mémorable d’Alexander Young Jackson (1882-1974).

Natif de Montréal, anglophone, un des membres fondateurs du Groupe des Sept, A.Y. Jackson a peint avec lyrisme les vastes étendues de nature sauvage mais aussi parfois la marque vivante de l’homme au Canada.

Combattant en France dans les tranchées durant la Première Guerre mondiale, artiste et explorateur du Grand Nord, il était doté d’une grande résistance physique – âgé de plus de 80 ans, il bivouaquait encore sur l’ Ile de Baffin…

A.Y. Jackson aimait venir peindre les paysages enneigés de Charlevoix. Chaussé de raquettes, tout en peignant, il allait ainsi à la rencontre des villageois.

Dans une biographie captivante (en anglais), Wayne Larsen explique l’origine et le sens moins anecdotique qu’il n’y paraît de son surnom : « Père Raquette » !

 

L'Erable rouge, A.Y. Jackson, 1914.
Terre Sauvage, A.Y. Jackson, 1913.

Canal du Loing près d'Episy, A.Y. Jackson, 1909.

Grand Canal, Venise, A.Y. Jackson, 1912.

Vallée de la rivière du Gouffre, A.Y. Jackson, 1933.

L'Hiver, Québec, A.Y. Jackson, 1926.

Saint-Urbain, A.Y. Jackson, 1933.

Matin d'hiver, Comté de Charlevoix, A.Y. Jackson, 1933.

(04/04/2012) Buste de A.Y. Jackson à Baie-Saint-Paul.

(04/04/2012) Texte sous le buste.

Maisons d'Ypres, A.Y. Jackson, 1917.

Attaque au gaz, Liévin, A.Y. Jackson, 1918.

Père Raquette, A.Y. Jackson, 1921.
Mais quel est donc ce rapace ?

Mais quel est donc ce rapace ?

En me baladant en Charlevoix, près de Baie-Saint-Paul, j’ai remarqué l’autre jour un gracieux rapace que je ne connaissais pas.

Vraiment, un voilier magnifique.

Renseignements pris, il s’agit d’un vautour du Nouveau Monde : l’Urubu à tête rouge.

L’aire de distribution de ce charognard s’étend chaque année un peu plus vers le nord du Canada. Y aurait-il un lien avec le réchauffement climatique ?

Cet hiver aura été en tout cas inhabituellement court au Québec, avec le printemps en avance d’environ un mois par rapport à la norme.

Le réchauffement climatique, évident lorsque l’on constate l’ouverture du passage du Nord-Ouest, est un sujet pris très au sérieux ici.

(03/04/2012) Fonte de la glace à Baie-Saint-Paul, là où la rivière du Gouffre se jette dans le Saint-Laurent.

(02/04/2012) Urubu à tête rouge.
Traces de loup et d’orignal près du Massif

Traces de loup et d’orignal près du Massif

J’ai fait une ultime rando charlevoisienne en raquettes, suivant à peu près le Sentier des Caps, au départ du Massif.

L’entreprenante station de ski du Massif  joue avant tout la carte de la qualité et bénéficie d’une excellente image au Québec. Depuis plusieurs années, mon frère chef cuisinier Guy Bessone y dirige toute la restauration.

Le Sentier des Caps est dessiné en balcon juste au-dessus du Saint-Laurent, ce qui ménage de superbes points de vue sur le fleuve.

Dans un secteur fréquenté notoirement par le loup, j’ai pu relever les traces du carnassier et celles d’autres animaux sauvages, dont les empreintes d’un orignal…

Sur certaines photos, l’échelle est fournie par la rondelle de mon bâton de ski (diamètre de 11 cm).

(05/04/2012) Voie d'écureuil.
(05/04/2012) Voie de renard.
(05/04/2012) Empreintes de pattes d'un renard.
(05/04/2012) Le dessin de la patte d'un loup.
(05/04/2012) L'empreinte de la patte du loup fait une dizaine de cm.
(05/04/2012) Piste caractéristique du loup, alignée "en coup de fusil".
(05/04/2012) Voie d'orignal.
(05/04/2012) Empreinte de la patte d'un orignal.
(05/04/2012) Empreintes de pattes d'un orignal.

(05/04/2012) Le fleuve Saint-Laurent, et, à plus de 20 km, sa rive sud.

 

Un petit bonjour de Charlevoix

Un petit bonjour de Charlevoix

Malgré un hiver moins rigoureux, en tout cas plus court que d’habitude, les hauteurs de Charlevoix se prêtent encore tout à fait à la raquette, et l’on y trouve une belle neige vierge.

Un ou deux articles paraîtront sur le blog (rubrique « Carnet de randos », Québec), mais voici déjà quelques photos prises lors d’un petit périple ces jours derniers dans un cadre naturel superbe, saisissant.

(29/03/2012) Hébergement fort correct dans le chalet "Le Caribou".
(29/03/2012) Presque lugubre, mais très beau.
(30/03/2012) Tracer loin du monde : un bonheur !
(31/03/2012) Le lac Favre. J'aime beaucoup ce coin.
(31/03/2012) Enneigement en sous-bois...
(31/03/2012) Et glace en sous-bois...
(31/03/2012) Dégel avancé au déversoir du lac Prime.
(01/04/2012) Mon frère Guy (à gauche) et Carole, et leur jeune chien, sont venus à ma rencontre. (Photo : Carole Dufour)
Le principe du tassage de la neige sous la raquette

Le principe du tassage de la neige sous la raquette

Lorsque « ça ne porte pas du tout », il est souvent judicieux de faire la trace en observant bien le principe du tassage de la neige sous la raquette.

A chaque enjambée, l’ouvreur devrait gagner à :

1) Poser la raquette avec souplesse, sans frapper ;

2) Marquer un temps d’arrêt de l’ordre, au besoin, de quelques secondes ;

3) Puis, exercer une pression adéquate sous la raquette ;

4) Et enfin, effectuer le transfert de poids.

Un raffermissement de la neige se produit alors, qui permet en général de moins s’enfoncer qu’à vouloir aller vite. Au bout du compte, on parcourt ainsi davantage de distance et avec plus de rapidité !

Cette technique de base, connue de la plupart des raquetteurs canadiens ou américains, reste peu mise en valeur chez nous (la notion d’ « appuis marqués » correspond à autre chose), où, il est vrai, la pratique de la neige vierge et profonde diffère, rebute en fait pas mal de personnes, professionnels compris.

(30/03/2008) Guy, Hyro et Carole, dans le secteur du lac Lyonne (Charlevoix-Est, Québec).

Le Québec en raquettes : mon programme cet hiver

Le Québec en raquettes : mon programme cet hiver

Je serai au Québec durant les mois de février et mars.

J’y trouverai sans nul doute, comme d’habitude, une « neige de cinéma », dans un décor hivernal de rêve pour faire de la raquette…

Du 27/02 au 04/03, étant sur place, je vous propose un petit séjour original et vraiment très sympa, agencé au mieux en bénéficiant de mes contacts familiaux en Charlevoix.

Pour vous faire une idée plus précise de ces lieux superbes, vous pouvez vous reporter ici sur mon blog.

Concernant l’aérien, Air Transat programme un vol direct TS613 Paris-Québec le 27/03 et un vol direct TS612 Québec-Paris le 04/03 (arrivée à Paris le 05).

(04/03/2009) Le haut-pays en Charlevoix.

Parenthèse automnale

Parenthèse automnale

Je suis resté travailler bien plus longtemps que prévu cet automne dans le Bordelais.

Après les vendanges habituelles, j’ai participé à diverses tâches (par exemple,  le décuvage – je ne connaissais pas, c’est vraiment physique !) dans les chais ou les vignes de Jean Trocard.

Mission terminée, depuis hier.

Je serai de retour en vallée d’Aure au cours de la semaine prochaine pour préparer la saison hivernale.

Le blog va maintenant retrouver son rythme, avec la parution d’articles ayant surtout trait à son objet principal : la marche, la découverte, la montagne.

Durant le mois de novembre, je mettrai en place mon programme d’activité de randonnées en raquettes dans les Pyrénées, et aussi au Québec : un voyage sera proposé dans la splendide région de Charlevoix en mars 2012.

A très bientôt !

(26/10/2011) Vin de presse.
(15/10/2011) Le phare de Cordouan (vue grossie depuis la pointe de Grave).
(22/10/2011) Eglise de Tauriac, tympan roman.
(30/10/2011) Les feuilles mortes peuvent se ramasser à la pelle…
(10/10/2011) Effet de lune en début de nuit.
(30/10/2011) Sur le domaine du château Jeandeman (vignobles Roy-Trocard, appelation Fronsac).
Faune du Québec : le porc-épic

Faune du Québec : le porc-épic

Le porc-épic ne vit pas en France. Il y a cependant existé durant la Préhistoire. Ainsi, on a découvert des restes d’Hystrix à Nestier, dans les Hautes-Pyrénées.

Louis XII l’avait choisi pour emblème royal. C’est peut-être en guerroyant en Italie que le souverain a connu ce bien curieux rongeur (le porc-épic se rencontre en Sicile).

La devise « Qui s’y frotte s’y pique » se rapporterait plutôt au porc-épic, et non pas au hérisson.

Au Québec, le porc-épic (Erethizon dorsatum) est une espèce assez répandue. Causant des dégâts aux cabanes et chalets inoccupés, il est considéré comme nuisible.

Voici à son sujet un lien intéressant.

Les photos ont été prises en Charlevoix par ma mère, au mois de juin dernier.

(11/06/2011) (Photo : S. Schindler)
(11/06/2011) (Photo : S. Schindler)
(11/06/2011) (Photo : S. Schindler)

(11/06/2011) (Photo : S. Schindler)
Faune du Québec : une maman orignal et son petit

Faune du Québec : une maman orignal et son petit

Mon frère Guy Bessone vit au Québec depuis une trentaine d’années. Il habite la splendide région de Charlevoix. C’est un chef cuisinier réputé. Dès qu’il a du temps libre, s’il le peut, Guy s’adonne à sa passion : la pêche sportive.

La semaine dernière, au cours d’une partie de pêche dans le parc des Grands-Jardins, mon frère a eu la chance d’observer pendant une vingtaine de minutes une femelle orignal et son faon. Il a pu les photographier.

Je trouve ses photos d’une beauté émouvante. En voici quelques-unes, qui font rêver aux vastes espaces, à la nature sauvage du Québec.

L’orignal (élan en Europe) est le plus grand de tous les cervidés. Son nom scientifique alces signifie : puissance (cf. grec alkê).

Le mot orignal vient semble-t-il… du basque. (Ce billet a donc un certain rapport avec le Pays basque, les Pyrénées !)

Une bosse, le « garrot », se remarque au-dessus des épaules de l’animal, sans que l’on sache vraiment sa fonction.

L’orignal est doté de longues pattes, qui lui permettent des déplacements plus faciles dans la neige profonde, l’eau, les marécages. Ses oreilles sont mobiles et s’orientent en direction de la source du bruit.

Durant la première année, le faon reste constamment sous la surveillance de sa mère, qui l’élève seule. Elle n’hésitera pas à le défendre en cas d’attaque d’un prédateur (loup, ours, homme).

L’orignal est herbivore. En été, il se nourrit volontiers de plantes aquatiques, broutant alors la tête dans l’eau.

Sachant très bien nager, l’orignal arrive même à plonger plusieurs mètres sous la surface d’une rivière ou d’un lac.

(14/07/2011) (Photo : G. Bessone)
(14/07/2011) (Photo : G. Bessone)
(14/07/2011) (Photo : G. Bessone)
(14/07/2011) (Photo : G. Bessone)
(14/07/2011) (Photo : G. Bessone)
(14/07/2011) (Photo : G. Bessone)
(14/07/2011) (Photo : G. Bessone)
(14/07/2011) (Photo : G. Bessone)
(14/07/2011) (Photo : G. Bessone)
(14/07/2011) (Photo : G. Bessone)
(14/07/2011) (Photo : G. Bessone)
(14/07/2011) (Photo : G. Bessone)