Archives de
Étiquette : Saint-Lary-Soulan

Trois sorties en raquettes de la semaine (1) : la Coume d’Ens

Trois sorties en raquettes de la semaine (1) : la Coume d’Ens

La semaine dernière, Marcella découvrait la randonnée en raquettes lors de trois sorties que je lui ai proposées en vallée d’Aure et du Louron. Pour commencer, lundi, une demi-journée d’initiation au-dessus du village d’Ens, sur la montagne de Bastère, dans la Coume. Cette coume –  combe, vallon, en toponymie pyrénéenne – habituellement bien enneigée, versant nord, héberge à sa base une mare, un tout petit plan d’eau dénommé cependant « lac ». L’intérêt pour nous était de trouver de la neige pas…

Lire la suite Lire la suite

« Nobis » : les « jeunes mariés » ou les « fiancés » de Soulan et d’Aulon

« Nobis » : les « jeunes mariés » ou les « fiancés » de Soulan et d’Aulon

Il était question du col des « Nobis » dans mon dernier article sur le blog. Ce lieu de passage ancestral se trouve à peu près à mi-parcours (1606 m d’altitude) du chemin de randonnée balisé dit des « Nobis », qui relie deux villages de la haute vallée d’Aure, Soulan (vers 1300 m) et Aulon (vers 1200 m). Voici quelques précisions destinées aux amateurs de toponymie. Le mot occitan novis Prononcé « nobis », le mot, gascon, est issu de l’occitan novis (nòvis), nom masculin…

Lire la suite Lire la suite

Balade du côté du col des Nobis

Balade du côté du col des Nobis

Le col des Nobis, passage traditionnel situé entre Soulan et Aulon, est bien connu des Aurois. Pourtant, les cartes topographiques ignorent en général son nom. On peut s’y rendre assez facilement depuis l’un ou l’autre village. Hier après-midi, j’y suis allé au départ de Cadeilhan-Trachère, pour faire une boucle plus consistante. La neige est attendue en début de semaine prochaine, mais comme les photos le montrent, il va falloir de grosses quantités ou des chutes répétées pour combler l’important déficit…

Lire la suite Lire la suite

La Route des lacs du Néouvielle, ouverte à la circulation… mais exposée au risque d’avalanches

La Route des lacs du Néouvielle, ouverte à la circulation… mais exposée au risque d’avalanches

La Route des lacs est ouverte jusqu’à Artigusse depuis le 8 avril cette année. Route notoirement avalancheuse, fermée durant de longs mois, elle permet d’accéder au massif du Néouvielle, en particulier aux secteurs de l’Oule et d’Orédon. Une ouverture vraiment précoce, curieuse quand même, déjà un 8 avril. La Route des lacs serait donc aujourd’hui – à la date de ce billet – sûre, sécurisée, non exposée aux avalanches ? J’ai emprunté hier cette route, officiellement ouverte à la circulation,…

Lire la suite Lire la suite

Pic Lumière, Pla d’Adet (toponymie de la vallée d’Aure) (2)

Pic Lumière, Pla d’Adet (toponymie de la vallée d’Aure) (2)

Le Pla d’Adet D’où vient donc le nom « Pla d’Adet » ? Il s’agit assurément d’un replat caractéristique, en balcon au-dessus de la vallée. Mais pourquoi « Adet » ? Un rapport avec le nom de famille Adet, ou avec le mot gascon local qui désigne l’enfant d’une fée, un hadet(h) (toujours au masculin en occitan, c’est le diminutif de hada, une fée), ne semble guère plausible, même si l’hypothèse de la présence d’une petite fée sur le plateau peut paraître charmante. L’explication…

Lire la suite Lire la suite

Pic Lumière, Pla d’Adet (toponymie de la vallée d’Aure) (1)

Pic Lumière, Pla d’Adet (toponymie de la vallée d’Aure) (1)

Ces deux lieux de la haute vallée d’Aure sont aujourd’hui indissociables de la station de sports d’hiver de Saint-Lary-Soulan. Situés historiquement sur la commune de Cadeilhan-Trachère, ils présentaient jadis une importance particulière surtout pour les habitants du village de Cadeilhan. Le pic Lumière A l’altitude de 1585 mètres, il est surmonté par l’unique pylône du téléphérique du pic Lumière (mis en service en 1957). On le localise facilement même de nuit, lorsque le pylône est… illuminé. De Cadeilhan, depuis Trachère,…

Lire la suite Lire la suite

La grosse avalanche survenue cet hiver au Monpelat (3)

La grosse avalanche survenue cet hiver au Monpelat (3)

L’importance du secteur du Monpelat pendant la saison touristique hivernale Plusieurs avalanches d’envergure se sont produites l’hiver dernier en vallée d’Aure. Pourquoi avoir choisi de parler sur le blog de celle-ci en particulier, et dans trois articles ? Parce que l’avalanche semble être encore largement ignorée à ce jour. Et alors que le secteur du Monpelat, situé rive droite du lac de l’Oule, est fréquenté par un nombre non négligeable de personnes durant la saison d’hiver, lorsque la station de ski…

Lire la suite Lire la suite

La grosse avalanche survenue cet hiver au Monpelat (2)

La grosse avalanche survenue cet hiver au Monpelat (2)

Je tenais à observer au plus près les dégâts causés par l’avalanche. Avant-hier je suis donc allé au Soum de Monpelat, et j’ai descendu tout le versant nord-est pour rejoindre le lac de l’Oule. Les premiers dommages sont visibles aux alentours de 2230 m. Fort logiquement, c’est surtout à partir de 2050 m que la forêt a été ravagée. Les coulées (je rappelle que l’avalanche s’est scindée en deux) se sont arrêtées vraiment tout près du chemin du tour du…

Lire la suite Lire la suite

La grosse avalanche survenue cet hiver au Monpelat (1)

La grosse avalanche survenue cet hiver au Monpelat (1)

J’ai abordé le sujet il y a quelques semaines ici sur le blog (voir les trois premières photos). La problématique posée intéresse la prévention. Sans faire de l’alarmisme, une avalanche plus importante que celle de cet hiver reste possible si les conditions de neige et météo sont réunies. Un précédent vers 1950 A défaut d’en avoir été témoins, tous les connaisseurs du massif en ont entendu parler un jour ou l’autre. Une avalanche partie depuis le haut du versant nord-est…

Lire la suite Lire la suite

Une longue randonnée (2) : Estibère, l’Oule en raquettes

Une longue randonnée (2) : Estibère, l’Oule en raquettes

La rando se poursuit. Parvenu au col d’Aumar, c’est toujours un enchantement de découvrir le secret vallon d’Estibère, « joyau de la réserve naturelle du Néouvielle ». L’heure avance, il faut revenir à Fabian. Comme c’était mon intention, je choisis de descendre le vallon d’Estibère pour atteindre ensuite le lac de l’Oule. L’enneigement me permet de garder les raquettes jusqu’au barrage.