Archives de
Étiquette : toponymie

Au départ du village de Bareilles, le sommet du Peberé

Au départ du village de Bareilles, le sommet du Peberé

Le nom de ce sommet bien visible depuis Arreau, mais néanmoins largement méconnu, à la différence par exemple du Mont Né ou du Montious, proviendrait du mot « poivrier » en gascon. Il constitue un but de rando raquettes hors des pistes battues du fond de la vallée de Bareilles. Pour cela, on n’hésitera pas à couper – au mieux – dans la forêt, rencontrant parfois des pentes raides encombrées de taillis et de branches au sol… Il est donc préférable d’aimer…

Lire la suite Lire la suite

Trois sorties en raquettes de la semaine (1) : la Coume d’Ens

Trois sorties en raquettes de la semaine (1) : la Coume d’Ens

La semaine dernière, Marcella découvrait la randonnée en raquettes lors de trois sorties que je lui ai proposées en vallée d’Aure et du Louron. Pour commencer, lundi, une demi-journée d’initiation au-dessus du village d’Ens, sur la montagne de Bastère, dans la Coume. Cette coume –  combe, vallon, en toponymie pyrénéenne – habituellement bien enneigée, versant nord, héberge à sa base une mare, un tout petit plan d’eau dénommé cependant « lac ». L’intérêt pour nous était de trouver de la neige pas…

Lire la suite Lire la suite

« Nobis » : les « jeunes mariés » ou les « fiancés » de Soulan et d’Aulon

« Nobis » : les « jeunes mariés » ou les « fiancés » de Soulan et d’Aulon

Il était question du col des « Nobis » dans mon dernier article sur le blog. Ce lieu de passage ancestral se trouve à peu près à mi-parcours (1606 m d’altitude) du chemin de randonnée balisé dit des « Nobis », qui relie deux villages de la haute vallée d’Aure, Soulan (vers 1300 m) et Aulon (vers 1200 m). Voici quelques précisions destinées aux amateurs de toponymie. Le mot occitan novis Prononcé « nobis », le mot, gascon, est issu de l’occitan novis (nòvis), nom masculin…

Lire la suite Lire la suite

Pic Lumière, Pla d’Adet (toponymie de la vallée d’Aure) (2)

Pic Lumière, Pla d’Adet (toponymie de la vallée d’Aure) (2)

Le Pla d’Adet D’où vient donc le nom « Pla d’Adet » ? Il s’agit assurément d’un replat caractéristique, en balcon au-dessus de la vallée. Mais pourquoi « Adet » ? Un rapport avec le nom de famille Adet, ou avec le mot gascon local qui désigne l’enfant d’une fée, un hadet(h) (toujours au masculin en occitan, c’est le diminutif de hada, une fée), ne semble guère plausible, même si l’hypothèse de la présence d’une petite fée sur le plateau peut paraître charmante. L’explication…

Lire la suite Lire la suite

Pic Lumière, Pla d’Adet (toponymie de la vallée d’Aure) (1)

Pic Lumière, Pla d’Adet (toponymie de la vallée d’Aure) (1)

Ces deux lieux de la haute vallée d’Aure sont aujourd’hui indissociables de la station de sports d’hiver de Saint-Lary-Soulan. Situés historiquement sur la commune de Cadeilhan-Trachère, ils présentaient jadis une importance particulière surtout pour les habitants du village de Cadeilhan. Le pic Lumière A l’altitude de 1585 mètres, il est surmonté par l’unique pylône du téléphérique du pic Lumière (mis en service en 1957). On le localise facilement même de nuit, lorsque le pylône est… illuminé. De Cadeilhan, depuis Trachère,…

Lire la suite Lire la suite

Le pic d’Arriouère et les gorgs de Tringoniero (traversée du Pont du Moudang à l’ancienne douane espagnole)

Le pic d’Arriouère et les gorgs de Tringoniero (traversée du Pont du Moudang à l’ancienne douane espagnole)

Voilà une randonnée vraiment formidable, très intéressante au niveau de l’itinéraire, qui sort des sentiers battus (sauf bien sûr au départ, jusqu’aux granges du Moudang). J’y étais hier avec Patrice. La veille, nous avions laissé une voiture à l’ancienne douane espagnole. Nous sommes partis assez tard du Pont du Moudang, après 9h30. Mais le grand beau temps permettait de faire sans souci météo cette magnifique traversée. Le pic d’Arriouère (2866 m), injustement méconnu, sépare les vallées du Rioumajou – il…

Lire la suite Lire la suite

Les lacs de Millares (ibon de Millas et ibon de Lenés)

Les lacs de Millares (ibon de Millas et ibon de Lenés)

Ils se trouvent au-dessus de Viados, dans la merveilleuse vallée de Gistain, en Espagne, juste de l’autre côté de la vallée d’Aure. On les appelle souvent tous deux lagos/lacs de Millares, mais en réalité seul l’ibon de Millas (2353 m) porte ce nom. L’autre lac – ibón en aragonais –  est celui de Lenés (2520 m). Remarquons cependant que le sens de « millares, millars, millás » correspond certainement aux pierres, à une abondance de pierres. Et selon R. Aymard, le spécialiste…

Lire la suite Lire la suite

Une randonnée en raquettes à la Pentecôte (1) : Bastan

Une randonnée en raquettes à la Pentecôte (1) : Bastan

Rappelons qu’il n’y a rien d’extraordinaire à pouvoir faire encore de la raquette dans le Néouvielle au mois de mai. Cela tient à plusieurs spécificités géographiques et climatiques intéressantes du massif, qui reste longtemps enneigé (cf. la toponymie). Sur le blog, je vous ai déjà présenté des randos se déroulant à ce moment-là de la saison de « raquette de printemps » (rechercher ici des anciens articles). Cette année, bien sûr, avec un enneigement général hors du commun, une météo certes peu…

Lire la suite Lire la suite

Randonnée/Pyrénées : le Cap Nestès, au départ du vallon de Baricave

Randonnée/Pyrénées : le Cap Nestès, au départ du vallon de Baricave

Aux portes mêmes de Sarrancolin et d’Ilhet, Baricave demeure un vallon étonnamment sauvage. Le lieu est fort encaissé (en toponymie, son nom évoque une barrière + un creux), recouvert d’épaisses forêts. Des ruisseaux, des ruisselets, se cachent sous les branches et les ronces. Certes, une piste balafre quelques pans de montagne sur une longue distance, et ça bûcheronne dur là-haut. Mais les recoins abondent, où le randonneur peut avoir l’impression de vivre en dehors du temps, éloigné de tout. Baricave…

Lire la suite Lire la suite

Randonnée/Pyrénées : le pas de l’Escalette

Randonnée/Pyrénées : le pas de l’Escalette

Le pas de l’Escalette (2396m) se situe sur la crête frontière, versant aranais, au sud de la vallée de la Frèche. Il s’agit d’un passage très ancien, aménagé – tout comme le port de Vénasque – dès le début du 14e siècle de manière à pouvoir le franchir à cheval. Son nom signifie « montée vive, raidillon » ou encore « petite échelle ». Le pas de l’Escalette permet de relier l’hospice de France au port de Vénasque, en faisant une boucle dans un…

Lire la suite Lire la suite