Archives de
Étiquette : Cadeilhan-Trachère

Une petite sortie à l’heure du goûter. Les granges foraines en hiver

Une petite sortie à l’heure du goûter. Les granges foraines en hiver

Grâce au froid qui persiste, la neige reste propice pour faire de la raquette même pas très haut dans la montagne auroise. Hier après-midi, je suis allé marcher deux courtes heures en amont du village de Cadeilhan, à l’étage des granges foraines de Cadeilhan-Trachère et de Vignec. Beaucoup de ces granges sont malheureusement aujourd’hui des ruines. Autrefois, jusqu’aux années 60, elles étaient utilisées l’hiver pour abriter le bétail – les vaches, pas les moutons, qui eux ne restaient pas en…

Lire la suite Lire la suite

Le bout de la piste d’Aube

Le bout de la piste d’Aube

Sur la commune de Cadeilhan-Trachère, le bout de la piste d’Aube, avec sa table de pierre et ses deux bancs, constitue le but d’une agréable promenade. Il permet aussi de bien observer l’entrée de la vallée du Rioumajou en prévision de sorties plus sportives.  

Pic Lumière, Pla d’Adet (toponymie de la vallée d’Aure) (2)

Pic Lumière, Pla d’Adet (toponymie de la vallée d’Aure) (2)

Le Pla d’Adet D’où vient donc le nom « Pla d’Adet » ? Il s’agit assurément d’un replat caractéristique, en balcon au-dessus de la vallée. Mais pourquoi « Adet » ? Un rapport avec le nom de famille Adet, ou avec le mot gascon local qui désigne l’enfant d’une fée, un hadet(h) (toujours au masculin en occitan, c’est le diminutif de hada, une fée), ne semble guère plausible, même si l’hypothèse de la présence d’une petite fée sur le plateau peut paraître charmante. L’explication…

Lire la suite Lire la suite

Pic Lumière, Pla d’Adet (toponymie de la vallée d’Aure) (1)

Pic Lumière, Pla d’Adet (toponymie de la vallée d’Aure) (1)

Ces deux lieux de la haute vallée d’Aure sont aujourd’hui indissociables de la station de sports d’hiver de Saint-Lary-Soulan. Situés historiquement sur la commune de Cadeilhan-Trachère, ils présentaient jadis une importance particulière surtout pour les habitants du village de Cadeilhan. Le pic Lumière A l’altitude de 1585 mètres, il est surmonté par l’unique pylône du téléphérique du pic Lumière (mis en service en 1957). On le localise facilement même de nuit, lorsque le pylône est… illuminé. De Cadeilhan, depuis Trachère,…

Lire la suite Lire la suite

Balade en raquettes dans les bois de Cadeilhan-Trachère

Balade en raquettes dans les bois de Cadeilhan-Trachère

Ces jours-ci, l’enneigement excellent permet de faire de la raquette même très bas en vallée d’Aure, à l’altitude de Saint-Lary et des villages proches. La saison d’hiver a bel et bien commencé pour les raquetteurs ! Suivent quelques photos prises aujourd’hui lors d’une courte balade, vers 1100 mètres seulement, juste au-dessus de Cadeilhan-Trachère.  

Aube, au départ de Saint-Lary-Soulan

Aube, au départ de Saint-Lary-Soulan

Dans les Pyrénées, un  lieu qui s’appelle « Aube » évoque étymologiquement le blanc, celui du sol, du bois, de la neige… Alba, albus, en latin : blanc. Sur la commune de Cadeilhan-Trachère, Aube est un site de granges foraines. Prenons donc quelques précautions (risque d’avalanches certains jours) et, au départ de Saint-Lary, allons nous oxygéner à Aube !  

A propos d’une lettre gravée

A propos d’une lettre gravée

Vous avez sans doute remarqué, à la première ligne de l’épitaphe de Silvana, que le second V d’Antullus est gravé en petit entre le second L et le S. Toutes les autres lettres sont parfaitement écrites, à leur place, et elles ont chacune les mêmes dimensions. Comment expliquer cela ? S’agit-il d’un oubli du lapicide – mot surprenant, qui désigne « celui qui grave des inscriptions sur la pierre ou qui la décore » – le V omis ayant ensuite été rajouté…

Lire la suite Lire la suite