En raquettes au clot d’Aygues-Cluses

En raquettes au clot d’Aygues-Cluses

Jolie boucle depuis Orédon, samedi dernier avec Régis.

L’objectif était le clot d’Aygues-Cluses (ce secteur perdra toute une partie de son attrait sauvage lorsque le refuge d’Aygues-Cluses sera construit).

Itinéraire par le col de Madamète à l’aller.

Nous avons chaussé les raquettes aux alentours du lac d’Aumar.

Le Gourg de Rabas pouvait encore être traversé.

Ascension du pic de Gourguet.

Retour par le vallon d’Estibère et le col d’Aumar.

arrivee-lac-aumar-en-raquettes-au-clot-d-aygues-cluses
Arrivée au lac d’Aumar. (Photo : Régis Barbance)
lac-aumar-et-a-droite-lac-aubert-en-raquettes-au-clot-d-aygues-cluses
Lac d’Aumar et, à droite, lac d’Aubert. (Photo : Michel Bessone)
voila-gourg-rabas-plus-loin-col-madamete-en-raquettes-au-clot-d-aygues-cluses
Voilà le Gourg de Rabas. Plus loin, le col de Madamète. (Photo : Michel Bessone)
j-ouvre-un-cheminement-sur-lac-en-raquettes-au-clot-d-aygues-cluses
J’ouvre un cheminement sur le lac. (Photo : Régis Barbance)
regis-passe-devant-dans-clot-aygues-cluses-en-raquettes-au-clot-d-aygues-cluses
Régis passe devant dans le clot d’Aygues-Cluses. (Photo : Michel Bessone)
marmotte-rupicole-a-plus-2400-metres-altitude-en-raquettes-au-clot-d-aygues-cluses
Une marmotte « rupicole », à plus de 2400 mètres d’altitude. (Photo : Michel Bessone)
lac-aygues-cluses-en-raquettes-au-clot-d-aygues-cluses
Lac d’Aygues-Cluses. (Photo : Michel Bessone)
col-bareges-nous-allons-monter-sur-la-droite-avant-de-atteindre-en-raquettes-au-clot-d-aygues-cluses
Col de Barèges. Nous allons monter sur la droite avant de l’atteindre. (Photo : Michel Bessone)
vue-vers-tournaboup-depuis-sommet-pic-gourguet-en-raquettes-au-clot-d-aygues-cluses
Vue vers Tournaboup depuis le sommet du pic de Gourguet. (Photo : Michel Bessone)
vallon-estibere-on-reconnait-lac-de-ile-et-monpelat-en-raquettes-au-clot-d-aygues-cluses
Vallon d’Estibère. On reconnaît le lac de l’Ile et le Monpelat. (Photo : Michel Bessone)

2 réactions au sujet de « En raquettes au clot d’Aygues-Cluses »

    1. Un animal rupicole vit, habite, dans ou sur les rochers (voir ici une définition).
      J’ai utilisé à dessein les guillemets : « rupicole ». En effet, si la marmotte fréquente volontiers les blocs, les éboulis, n’oublions pas qu’elle reste d’abord un animal fouisseur, qui creuse son terrier dans le sol meuble des pelouses d’altitude.
      Par contre, pour l’isard, le chamois, on peut davantage parler de véritables rupicoles (étymologiquement aussi, Rupicapra signifiant « chèvre des rochers »).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *